vélo électrique

Un vélo électrique ? Hérésie ! Ainsi, nombreux sont ceux qui considèrent que l’incorporation d’un moteur au mode de transport et de loisir s’identifie plus véritablement à la traction humaine et à l’effort physique. Mais la réalité confirme que le vélo électrique à gros pneus se développe de façon imparable, surtout au-delà du milieu urbain, en conquérant les moyens de déplacement en milieu rural, en étendant aussi ses tentacules à la pratique sportive et récréative.

Dans notre cas, mettons nos mains en avant. Ces temps et ces souvenirs. Depuis trois décennies, le vélo est devenu une passion, une enclume physique, et une source inestimable d’expériences, de grands moments et d’amis. Une philosophie de vie, disons. Malgré une si longue histoire, la grosse bicyclette électrique, en effet, nous a accrochés … Au détriment des inévitables plaisanteries des balades occasionnelles entre amis.

Qui ? Vous ? Un vélo électrique ?”

Tout a commencé grâce à mon ami Carlos, un vrai “pro”, il a un talent spectaculaire pour le VTT et les sorties presque quotidiennes, avec une collection de vélos enviable et importante qu’il garde toujours à la maison. En quelques mots, une autre personne passionnée qui vit pleinement le vélo. “Javier, j’ai acheté un gros vélo électrique. J’en profite comme un fou, il faut que tu l’essaies”. “Qui ? Toi ? C’est précisément quelqu’un comme toi qui me dit ça ? “Le fait que mon ami soit un converti m’a dérangé comme si le diable allait mettre un crucifix devant lui. En le voyant sur ce gros vélo électrique, j’ai eu l’impression que mon ami finira par se mettre à la moto et quittera les vélos pour de bon.

Des mois plus tard. Vacances d’été en Galice.  Une balade avec mon ami, qui a prévu un itinéraire pendant quelques heures. Bien sûr, Carlos a roulé avec son inséparable gros vélo électrique. La piste n’était pas longue, mais avec un sol rocailleux et parfois meuble et des montées qui rendaient la balade très intense. “Javier, prends le vélo, essaie-le”. Il était temps, bien sûr. Face à cette colline, un sentier très raide.  “J’en fais autant qu’un vélo normal, mais ce gros lard mange tous les obstacles et les franchit quoi qu’il arrive”. De l’adrénaline pure. Dans mon cas, pendant que je roulais, je supprimais progressivement mon rejet envers elle. On ressent rapidement au roulage la vivacité que permet l’assistance électrique, et cette sensation de flottement grâce à ces pneus épais qui absorbent tout sur mon passage. Quand on teste le boost, on se rend compte du potentiel pour grimper au plafond d’un tunnel. Le plaisir était total. Et je suis rentré chez moi avec la dépendance à l’électricité définitivement ancrée dans le corps. J’en aurai certainement besoin pour moi.

Pour qui, et pour qui pas

Car c’est l’une des vertus de cette “étincelle” : vous allez plus loin et vous permettez de rouler un peu plus vite, ce qui débloque le cœur et allonge la résistance physique. Un fattie électrique permet d’exploiter le temps sur un vélo avec une grande polyvalence d’options au goût et aux conditions physiques du cycliste. En plus d’être super amusants, ils sont idéaux pour ceux qui cherchent à sortir des sentiers battus et à explorer de nouveaux horizons. Ils sont particulièrement bons sur les routes boueuses, le sable, la neige et les chemins caillouteux. Ses pneus larges à basse pression offrent une grande adhérence et absorbent très bien une grande partie des vibrations de la route. Une journée à vélo s’étire en distance et en parcours alternant assistance électrique et pédalage classique. De la petite balade à la plage au retour à la maison jusqu’à la dernière minute de soleil -, avec une batterie presque épuisée – comme moi, mais heureuse.