Pour les adeptes des arbres fruitiers, il est essentiel de s’adonner de façon régulière à une taille douce des arbres. D’autre part, ces arbres nécessitent aussi ce qu’on appelle taille de fructification. Cet article qui suit vous détaillera les principes de base liée à cette taille spéciale. Il traitera précisément de trois types principaux de taille de fructification : la taille en crochet, la taille en vert et la taille trigemme.

La taille en crochet, pour garantir une meilleure fructification

La première taille de fructification appelée « taille en crochet » sied aux arbres qui s’appuient généralement sur un espalier, tel que les pêchers et les nectarines. Typique de la Loire en France, cette taille se fait une fois dans l’année. Les branches de ces deux plantes se ramifient et se dessèchent facilement une fois qu’elles ont porté leurs fruits. Après la récolte, ces branches meurent.

Les rameaux de ces plantes se distinguent en trois sortes : les rameaux mixtes, le bouquet de mai et les chiffonnes. Le rameau mixte, d’une taille de 30 à 50 centimètres, est composé de deux bourgeons à bois. Ce rameau assure la fructification de l’arbre. Le bouquet de mai atteint 1 à 5 centimètres, après la première production, il meurt. Les chiffonnes quant à elles, d’une longueur avoisinant 6 à 15 centimètres sont différentes. Elles produisent deux vagues de fruits avant de s’éteindre.

On procède à la taille en crochet pour optimiser la fructification de ces arbres. Cette taille supprime la moitié de ces trois types de rameaux.

Dans la pratique, taillez les bois qui se croisent et élaguez les charpentières juste au-dessus d’un bouton à bois.

Petite astuce, ajoutez un peu de bouillie bordelaise au niveau des plaies pour éviter la formation de cloques.

Dans tous les cas, il est préférable de confier ces travaux à un professionnel à l’exemple de cet élagueur qui œuvre dans le 49.

La taille en vert, pour restructurer l’arbre fruitier

La deuxième taille de fructification est pratiquée généralement sur les pommiers et les poiriers, cette taille restructure l’arbre. Une année plutôt des coupes a été faite, la taille en vert permet de perfectionner ces coupes.

Elle exige au préalable de débarrasser l’arbre de ces branchages qui obstruent la lumière à la fin de la chute naturelle en juin. Les fruits en croissance ont besoin de la lumière.

Techniquement, vous préserverez une quinzaine de fruits par mètre de charpentière. Enlevez les rameaux qui gênent.

Généralement, pour la taille en vert, on insiste sur les gourmands mal taillés. Coupez-les à la base des verticales. Des bourgeons de base doivent aussi être rétrécis pour éviter leur qu’ils ne deviennent des bourgeons à bois.

La taille trigemme, une action au niveau des bourgeons

La troisième taille de fructification, opérée en hiver, se base sur l’examen des bourgeons. Il existe en réalité trois sortes de bourgeons : le dard, l’œil à bois et les bourgeons à fleurs. Le dard n’est que la forme première d’un bourgeon à fleurs. Il rappelle un triangle pointu au visuel. L’œil à bois quant à lui, est un bourgeon de feuillage. Complètement collé à la tige, il est aussi pointu. Les bourgeons à fleurs sont ceux qui donnent des fruits à la période prévue.

Pour la taille, vous agirez de façon à ce que les boutons de fleur soient assez espacés. Faites attention.

La taille trigemme tient son nom de ses trois bourgeons. Techniquement, taillez tous les autres bourgeons sur les rameaux à bois en préservant les trois bourgeons primaires sur les rameaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *