expediteur

Le transport routier des marchandises ou TRM contribue au développement de l’économie française. Les entreprises qui opèrent dans ce secteur sont reparties jusque dans les moindres villages. Elles garantissent l’approvisionnement en biens partout dans la France. Autant dire que travailler dans ce secteur c’est participer à la vitalité du territoire.

Les essentiels à savoir sur le secteur du TRM

Depuis 1986, le transport terrestre a augmenté de 46% en France. Les améliorations apportées pour les infrastructures routières profitent évidemment aux transports des marchandises. La quantité des produits transportés par la route pour chaque personne est de 89 kg. La grande part est attribuée aux produits agricoles et agro-alimentaires qui représentent 24,4%. Les matériaux de construction ne représentent que 15,8% des produits transportés.

Le transporteur moins cher  propose aujourd’hui de véhicules de plus en plus performants. Par rapport à la sécurité, les camions se parent d’une panoplie d’équipements technologiques. Ils facilitent la gestion du temps de conduite/repos et la vitesse du véhicule. Ces gadgets permettent également une localisation rapide des camions. Le remplissage du véhicule et les tournées sont étudiés de façon à optimiser la quantité à transporter.

Le respect de l’environnement devient aussi au centre des préoccupations des transporteurs routiers. Les acteurs dans le TRM proposent maintenant d’organiser un transport en groupage. Cela permet d’optimiser le remplissage de chaque camion d’une flotte et réduire ainsi l’émission du CO2. Effectivement, une meilleure organisation sur la circulation des camions pour les marchandises contribue à la protection de l’environnement.

Le recrutement au cœur du TRM

Le transport routier des marchandises fait partie des secteurs qui recrutent encore en France. Aujourd’hui, près de 37 200 entreprises ont décidé de se spécialiser dans ce domaine sur le territoire français. Malheureusement, l’attrait des jeunes pour le métier de transporteur est en berne. La France a besoin en urgence de quelques 43 000 chauffeurs routiers.

Auparavant, les jeunes de moins de 40 ans occupent davantage le poste de conducteur pour le TRM. Les prévisions laissent toutefois à penser que les nouveaux arrivants n’arrivent plus à compenser les départs à la retraite. Les conducteurs de moins de 30 ans sont peu nombreux que les plus de 50 ans. Comme la demande est supérieure à l’offre, les jeunes routiers sont en positions de force par rapport aux recruteurs. La négociation du salaire reste la corde sensible dans le métier du TRM.

Les exigences des nouveaux arrivants par rapport aux engins sont aussi importantes. Certains jeunes réclament souvent le dernier modèle de camion avec tout le confort. Ils témoignent par ailleurs une meilleure adresse dans la manipulation des objets connectés, utiles le TRM.

Quelle est la situation actuelle de l’emploi pour le TRM ?

La moyenne hebdomadaire de travail pour un transporteur français est l’une des plus faibles en Europe. Jusqu’à  maintenant, il s’estime à environ 33 heures. Malgré un salaire intéressant et une durée de travail relativement juste, le secteur du TRM peine à recruter. Pour compenser cette lacune, les recruteurs s’efforcent de proposer des formations qualitatives aux nouveaux arrivants.

Le transport routier des marchandises emploie actuellement 400 000 salariés. Plus de la moitié des entreprises se cantonnent encore à une dizaine de salariés. Celles qui emploient entre 10 et 50 salariés représentent 18% des acteurs du TRM. La part des entreprises avec plus de 50 salariés est de 4%. Néanmoins, plus de 90% des salariés dans le secteur du transport profitent d’un CDI. Il s’agit ainsi d’un secteur d’activité qui offre de la stabilité aux employés.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *